Collaboration entre BAnQ et Projet LOVE : quand l’art réinvente le patrimoine pour contrer la violence

Montréal, le 16 mai 2017 – Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et Projet LOVE – Vivre sans violence sont heureux d’annoncer la tenue de l’exposition Mon histoire de LOVE – Archives remixées par des jeunes, dont le vernissage a eu lieu hier soir, le lundi 15 mai, dans l’atrium de BAnQ Vieux-Montréal.

« La fructueuse collaboration avec Projet LOVE s’inscrit dans la volonté de BAnQ de multiplier ses initiatives de médiation sociale. Cette idée que la richesse de nos collections et l’expertise de nos spécialistes soient des leviers de création et de cohésion sociale est extrêmement stimulante et générera assurément d’autres projets dans cet esprit », a déclaré Geneviève Pichet, secrétaire générale et présidente-directrice générale intérimaire à BAnQ.

« Alors que le Projet LOVE – Vivre sans violence est sur le point de célébrer son 25e anniversaire, cette collaboration avec BAnQ met en lumière l’importance de s’impliquer dans notre société québécoise. Donner à nos jeunes l’occasion de découvrir les réalités montréalaises tout en utilisant les arts pour s’exprimer ne peut pas être un meilleur partenariat. Nous sommes reconnaissants de ce projet et nous sommes impatients d’élargir cette relation avec BAnQ dans les années à venir », a indiqué Neil Uditsky, directeur exécutif du Projet LOVE – Vivre sans violence Québec.

 

De gauche à droite : Neil Uditsky, directeur, Projet LOVE; Vera Fares, coordonnatrice principale des programmes, Projet LOVE, Seajay, participante; Maude Lavallée-Millaire, participante; Justin Briand, participant; Marianne Therrien, participante; Maïka Paquette, participante; Margaux Bennardi, coordonnatrice principale des programmes, Projet LOVE; Marie-Pierre Gadoua, chargée de projets en médiation culturelle, BAnQ, et Jean-Luc Murray, directeur de l’éducation et de la programmation, BAnQ. Photo : Michel Legendre.

Au cours de l’hiver 2017, cinq jeunes du Projet LOVE ont participé à un cycle d’ateliers en compagnie d’archivistes et de bibliothécaires de BAnQ dans le but de créer des œuvres inspirées du patrimoine documentaire québécois et porteuses de messages citoyens. Ce projet participatif a également été l’occasion d’initier les jeunes de LOVE au processus de réalisation d’une exposition à BAnQ.

En plus des œuvres originales des cinq artistes, l’exposition présente les documents patrimoniaux dont les jeunes créateurs se sont inspirés. Parmi ceux-ci, des photographies issues des fonds Conrad Poirier et Armour Landry, mais aussi des cartes postales, des périodiques, une carte géographique et un poème d’Émile Nelligan.

L’exposition est en cours jusqu’au 20 août 2017.


Au sujet de BAnQ

Plus grande institution culturelle du Québec par sa fréquentation et la diversité de ses missions, pilier essentiel de la société du savoir, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a pour mandat d’offrir un accès démocratique à la culture et à la connaissance. Elle rassemble, conserve et diffuse le patrimoine documentaire québécois ou relatif au Québec. Elle offre aussi les services d’une bibliothèque publique d’envergure. BAnQ déploie ses activités dans 12 édifices ouverts à tous : la Grande Bibliothèque, BAnQ Vieux-Montréal et BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie à Montréal, BAnQ Gaspé, BAnQ Gatineau, BAnQ Québec, BAnQ Rimouski, BAnQ Rouyn-Noranda, BAnQ Saguenay, BAnQ Sept-Îles, BAnQ Sherbrooke et BAnQ Trois-Rivières. En janvier 2016, BAnQ recevait du ministère de la Culture et des Communications du Québec et de la Ville de Montréal le mandat de faire revivre la bibliothèque Saint-Sulpice, située à Montréal.


Au sujet de Projet LOVE – Vivre sans violence

Projet LOVE intervient pour mettre fin au cycle de la violence et de l’abus dans la vie des jeunes acteurs, receveurs ou témoins de violence, en les formant à devenir des leaders dans leur propre milieu. Projet LOVE croit que le moyen le plus efficace de changer l’attitude et le comportement des jeunes est de faire en sorte qu’ils créent eux-mêmes la communication entre eux tout en les inspirant à bâtir une société sans crainte et sans violence. L’organisme a fait ses preuves dans le domaine de la prévention de la violence chez les jeunes âgés de 13 à 19 ans. Aujourd’hui, 25 ans après sa création, ses ateliers sont présents dans plus de 15 écoles sur l’île de Montréal. Après tout, le dessein de Projet LOVE est de mettre fin à la violence, un jeune, une école, un quartier à la fois.